mardi 22 juillet 2014

Le fantôme du prêtre prospecteur

On a connu l’église catholique moins prompte à célébrer des événements paranormaux, pourtant voici ce qu’on peut lire sur le site du diocèse d’Evreux concernant l’église du village d’Incarville. « L'église d'Incarville est hantée par l'ancien curé de la paroisse l'abbé Delamare qui repose dans le chœur de l'église. Cet homme était très amoureux de la commune et des environs. Très attaché à Incarville, on raconte qu'il ne peut s'empêcher de venir le soir respirer l'air de son église et que l'on peut entendre son souffle pour peu que l'on se rapproche et que l'on écoute. N'approchez pas trop près, cela pourrait l'effrayer, laissez le se reposer en paix...: » Le fantôme était il est vrai un prêtre particulier, comme le rapporte un historien local : « l’abbé était radiesthésiste à ses heures et eut le pressentiment que le sous-sol d’Incarville recelait du Pétrole. Il demanda l’avis de plusieurs personnes comme l’abbé Bouly qui se rendit dans la commune avec son pendule et confirma, en février 1930, le pressentiment de l’abbé Delamare; il y avait bien du pétrole à Incarville. » Malheureusement on ne trouva de pétrole, mais de l’eau. La source d’eau chaude ainsi révélée fut tour à tour utilisée pour chauffer les lieux de baignade des enfants du village, pour tenter de chauffer les bâtiments municipaux puis par des pisciculteurs… C’est sans doute pour voir ce que sont devenues ses bonnes œuvres que le curé hante les lieux. Eglise Saint-Pierre, route de Louviers, 27400 Incarville

lundi 21 juillet 2014

Le crocodile de Bristol et autres monstres

Depuis quelques mois des témoins affirment avoir repéré un crocodile dans la rivière Avon, non loin de Bristol, dans l'ouest de l'Angleterre. « Un chauffeur de bus, raconte l’AFP, a été le premier à donner l'alerte en repérant, dans les eaux de la rivière, ce qu'il croyait être un crocodile. C'était en février, et la police de l'Avon et du Somerset a alors lancé de brèves recherches qui n'ont rien donné. Deux autres témoins se sont ensuite fait connaître mais sans qu'on leur accorde un crédit énorme. Jusqu'à cette photo prise cette semaine par Tamara Blanco lors de son jogging le long des berges et abondamment reprise par la presse vendredi. "Trop effrayée" pour s'approcher de plus près, elle n'a pu prendre qu'un cliché, très flou. Au milieu des flots brunâtres, on y distingue... quelque chose. Sac plastique ? Branche d'arbre ? Ou crocodile ? Impossible à dire tant la photo est de mauvaise qualité. Tamara Blanco sait seulement que "ça bougeait".’ La présence d’animaux sauvages en liberté est une tradition anglaise, on aurait ainsi vu ses dernières années, le Puma des West Midland, la panthère d’Argyle ou celle du Buckinghamshire, la bête de Burnham Thorpe dans le Norfolk en 2009, sans doute un énorme chat sauvage, sans oublier la très étrange « Beast of Bodmin » dont la photographie laisse supposer qu’il s’agit d’un félidé himalayen. Nessie, le monstre du Loch Ness n’est donc pas et de loin le seul monstre que vous êtes susceptibles de rencontrer lors de vos promenades pluvieuses.

mercredi 16 juillet 2014

Jean-Jacques Rousseau entre la vie et la mort

C’est un personnage étrange, un cinéaste belge, capable de tourner un film avec un budget de 2500 euros, puis de venir le présenter dans un festival, le visage dissimulé sous une cagoule. Son œuvre se compose de documentaires, de courts-métrages dont nous serions bien en peine de décrire le contenu puisque nous ne les avons pas vu. Il faut dire qu’il n’a rien fait pour nous les montrer. Il va peut-être mourir avant même que nous fassions connaissance. Lisons le quotidien belge La Capitale en date du 16 juillet 2014 : « Une altercation a opposé deux hommes, pour un mobile encore indéterminé, mardi vers 22h30 au café "Le Napoléon", installé sur la place des Trieux à Courcelles. L’un des protagonistes est alors monté dans sa voiture et a foncé sur un groupe de personnes qui se trouvaient devant l’établissement. (…) Parmi les blessés figure Jean-Jacques Rousseau, le "cinéaste de l’absurde". L’artiste, considéré comme un marginal du marché cinématographique, voyait ses films régulièrement projetés au Festival International du Film Fantastique de Bruxelles. Cachant soigneusement sa vie privée aux médias, Jean-Jacques Rousseau avait pour habitude de porter une cagoule lors de ses apparitions. Souffrant de blessures critiques, le cinématographe se trouvait aux dernières nouvelles dans un état proche de la mort…. » Disons pour faire court, qu’en comparaison Jean-Pierre Mocky apparait comme un cinéaste très très grand public. Son dernier message avant l’accident : « Pour son prochain film " Janus tchernenko szpital psychiatryczny ", Jean-Jacques Rousseau a besoin d'une mini-fanfare (tambour, grosse caisse, trompette) ainsi que de quelques majorettes. La scène devrait se tourner à Mariembourg sur le quai des trains à vapeur. Aucune date n'est encore fixée pour l'instant. Comme d'hab' la participation est bénévole. Amusement garanti ! » Un chauffard en aura décidé autrement.
http://www.infojjr.be/

samedi 12 juillet 2014

Bonjour...

Après quelques mois de silence, ce blog se réactive. Juste pour le plaisir de montrer cette photo :

jeudi 1 novembre 2012

Une nouvelle manifestation utilisant la nudité comme argument médiatique... Il s'agit de poissons. Cela devient presque lassant.

mercredi 31 octobre 2012

En soutif contre Sandy

Une femme en maillot de bain défie Sandy... Jusqu'à présent je n'inventoriais que les utilisations politiques de la nudiét, il va falloir ouvrir une rubrique "quasiment à poil en lutte contre la nature."

dimanche 28 octobre 2012

Woody Allen et Michel Audiard, mes deux sujets d'étude de l'année... Car au risque de déplaire aux fans de l'un et de l'autre je pense qu'ils se ressemblent énormément : désabusés, auteurs de phrases définitives, archétypiques de leur temps et de leur ville, le parigot et le juif newyrokais.